la réception du réveillon

Plusieurs semaines s’étaient écoulées et le 31 décembre 1930 arriva, avec lui, le Maître Saint-Germain. « Soyez prêt ce soir à sept heures, me dit-Il, je viendrai vous prendre. Passez le temps en contemplation de la Gloire de Dieu-en-vous afin que vous puissiez profiter au maximum de la bénédiction offerte en cette divine occasion. Pensez également à votre Rayon Jumeau et à votre fils, car tous les trois vous serez les invités d’honneur de la Fraternité du Royal Titon à la réunion du Nouvel An, cette nuit. »
Je passai toute la journée dans la méditation profonde. Le Maître arriva à sept heures et, comme je m’étais couché, je quittai instantanément ma forme physique et pénétrai dans le corps que Saint-Germain m’avait préparé.
« Ce soir, dit-Il, une expérience qui n’a plus été faite depuis plus de soixante dix mille ans va être tentée. Nous sommes tous parfaitement sûrs du succès car tout le monde est bien préparé, à présent. Venez! »

Nous avions dû voyager à grande vitesse et je ne m’en étais pas aperçu, mais nous nous trouvions déjà au sommet du Royal Titon dont le revêtement neigeux scintillait au clair de lune comme un million de diamants. Dans un rayon de trente mètres au moins, l’entrée était complètement dégagée. En pénétrant dans l’ouverture, nous sentîmes une atmosphère de douce chaleur nous envelopper. La porte du Centre était ouverte aux invités du réveillon.
Dans la Grande Salle d’Audiences, je retrouvai Lotus et notre fils qui étaient déjà arrivés, escortés par Amen Bey. Comme nous avions été séparés dans le plan physique pendant plus de deux ans, cette rencontre nous combla de joie. Pendant tout ce temps, chacun de nous avait été en service hors du corps physique dans des avenues différentes dans les plans intérieurs.
La grande salle, brillamment éclairée, embaumait les roses et les lotus. Des flots d’une musique douce et délicate inondaient l’atmosphère. L’assistance était déjà assez nombreuse et ne cessait de croître.
Je remarquai un objet volumineux recouvert d’un drap d’or au centre de la pièce, mais comme aucune explication de la chose ne m’était offerte, je restai silencieux. Saint-Germain nous présenta à plusieurs invités et nous emmena dans une pièce remplie d’instruments musicaux rares. On y voyait un grand orgue à tuyaux, quatre harpes aux cadres d’or faites d’une matière nacrée, la table d’harmonie et la partie supérieure étant en métal blanc. Les cordes étaient entourées d’argent, les basses en or, et la matière dont elles étaient faites donnait un son tenant du métal, du bois et de la voix humaine. Le ton de ces instruments est impossible à décrire – il faut l’entendre – car il est complètement différent de ce qui est connu en occident dans le monde extérieur. Le son produit par cette matière inusitée se rapproche un peu de celui de l’esraj, un instrument utilisé aux Indes. Nous vîmes aussi quatre violons faits dans cette substance comme de la perle, et dont la résonance dépassait infiniment celle de n’importe quel violon de bois connu. Les cordes étaient enveloppées d’or et d’argent et le son dépassait en beauté aussi tout ce qui est connu. Nous avons entendu, plus tard, au cours de la soirée, la musique produite par tous ces instruments.
Saint-Germain nous ramena dans la grande salle et montra à Lotus et à notre fils les beaux portraits qui avaient été récemment transférés du Temple de Mitla à Oaxaca. Il les conduisit aussi à la chambre des enregistrements et leur donna les preuves évidentes de ce qu’il m’avait montré précédemment.
En vue du service à rendre pendant cette célébration du nouvel an, tous les membres du Royal Titon étaient vêtus de simples robes d’or d’un tissu superbe avec, sur la poitrine, à gauche, l’insigne de la Fraternité brodé dans un genre de velours bleu saphir rappelant le panneau qui servait de miroir cosmique.
Il y avait soixante dix Maîtres et trente cinq Dames présents sous la présidence du Bien Aimé Lanto, qui est le Gardien du Centre. Lorsque tous les membres de cette branche furent réunis, Lanto s’avança et dit: « Il est 23 heures et notre méditation va commencer. Ce soir, nous exprimons toute notre adoration à la Grande Lumière. Pendant trente minutes, nous pratiquerons l’union avec notre Divinité et pendant les trente minutes suivantes, nous sentirons l’union de Vénus avec la Terre. Que chacun prenne sa place habituelle et formons l’ellipse au centre de la pièce. »
Pendant une heure, les cent six formes d’or furent unies en un seul souffle, tellement parfaite était leur fusion. A la fin de la méditation, une explosion de musique joyeuse emplit l’immense salle et Lanto se plaça devant le grand miroir. Il étendit la main et, dans une fulgurante déflagration de Lumière, un groupe d’êtres se révéla dans le lointain, entouré dans une aura de lumière dorée, rose et violette, le tout d’une étincelante beauté. Comme ils se rapprochaient, les mêmes glorieuses couleurs emplirent la grande salle d’audiences, communiquant à tous un sentiment d’élévation et de pouvoir formidables.
Subitement, douze Hôtes de Vénus se trouvèrent au milieu de nous, habillés de vêtements blancs étincelants, indescriptibles. Il y avait sept Seigneurs et cinq Dames, tous radieusement beaux. Six des Maîtres mesuraient au moins six pieds et quatre pouces (1,90m), et le dernier avait au moins deux pouces de plus (5cm). Les Dames mesuraient à peu près cinq pieds et dix pouces (1,75m). Tous avaient des cheveux châtain clair à l’exception du Grand Maître qui les avait d’un or glorieux. Les yeux brillants, perçants, d’un bleu violet, étaient beaux et fascinants. Le Grand Maître salua à l’orientale, touchant de l’extrémité de la main droite le cœur et le front, et s’inclina devant Lanto. Les autres s’avancèrent aussi, le saluèrent et furent présentés à l’assemblée. Lanto prononça une courte allocution de bienvenue dont l’extrait suivant peut seul être communiqué: « En présence du Dieu Suprême et Unique, et des Membres de la Grande Fraternité Blanche ici présents, ces douze Hôtes de Vénus sont créés Membres de la Fraternité du Royal Titon. »
Le Grand Maître fut désigné pour présider la soirée. Il accepta la bienvenue et se dirigea vers le centre de la pièce, demandant que le drap d’or recouvrant les objets soient enlevé. O surprise, dans trois sarcophages de cristal, on pouvait voir les corps parfaitement conservés de Lotus, de notre fils Donald et de moi-même. Ils semblaient dormir, radieux et en parfaite santé. Le maître président se tourna vers nous et demanda: « Êtes-vous prêts? », ce à quoi nous répondîmes tous trois par l’affirmative.
« Alors, prenez place à côté des chasses! », dit-Il. Nous obéîmes et, aussitôt, une radiation merveilleuse se forma, nous enveloppant ainsi que les corps. L’intensité de la radiation alla croissant au point de nous rendre invisibles pour la vue extérieure, puis la radiation diminua graduellement et, à notre grande surprise, nous vîmes que les sarcophages étaient vides. Nous étions là, revêtus de ces corps que nous avions dépouillés il y a si longtemps. Pendant tous ces siècles, ils avaient été maintenus et purifiés par la Flamme de Vie!
La transformation était étonnante et la sensation indescriptible car nous étions pour le moins aussi surpris que vous, amis lecteurs. Il est bien vrai que, même en prenant les choses au mieux, le côté humain extérieur connaît si peu de choses des merveilles extraordinaires qui nous environnent en tout temps, et des possibilités infinies de chaque degrés de l’existence, alors que tout est possible pour celui qui vit en Union et Amour avec sa Divinité. Plus cette union est ininterrompue et plus ces miracles de la création sont révélés dans la vie individuelle.
L’expérience fut un succès et, tandis que nous circulions au milieu de nos Frères et Sœurs, tous félicitaient le Maître et nous-mêmes pour ce bel accomplissement. La joie était grande car une telle expérience était devenue une puissante réalisation, et tous faisaient des commentaires sur la ressemblance de nos corps avec ceux des visiteurs de Vénus. Les sarcophages de métal furent remisés et les merveilleux instruments de musique apportés dans la grande salle. Saint-Germain joua un premier morceau sur le grand orgue, c’était une composition intitulée ‘Les Cœurs Futurs’. Cela me parut être la plus délicate, la plus colorée et, en même temps, la plus puissante musique exécutée sur un orgue terrestre. Pendant le jeu, les couleurs les plus belles, chatoyantes, indescriptibles, se déversaient dans l’atmosphère de cette salle immense.
Un groupe joua le morceau suivant. Puis, le Maître Saint-Germain à l’orgue, trois des Dames de Vénus et Lotus aux harpes, deux des Frères de Vénus, notre fils et moi-même aux violons nous mimes en place et, quand tous furent prêts, les mots ‘Âme en Extase’ se projetèrent au-dessus de l’orgue tandis que Saint-Germain jouait le prélude. Tous s’imprégnaient de la plénitude et de la pureté de cette musique merveilleuse. Le volume et la puissance atteignirent une telle ampleur qu’on avait l’impression que la beauté et la gloire de cette joie et de cette plénitude dégageaient suffisamment de Conscience Divine pour élever toute l’humanité et la planète elle-même dans la Perfection Éternelle.
Quatre morceaux furent encore exécutés avec le même pouvoir formidable pour élever et harmoniser tout, partout; cela nous donnait l’impression que toute la montagne flottait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

à la loupe