amazone, jurna et madeira

« Voici le sommet d’un obélisque de dix huit mètres, m’expliqua Saint-Germain. Seulement trois dépassent au-dessus de la surface du sol. Cet obélisque indiquait le point culminant d’une importante cité qui fut enfouie lors du dernier cataclysme qui submergea l’Atlantide. Cet obélisque est fait d’une matière impérissable et il est couvert de hiéroglyphes datant de cette époque. Notez leur netteté: ils resteront toujours ainsi à cause de l’indestructibilité du métal. La cité, à l’origine, fut construite à dix miles de la rive du fleuve mais, au temps où elle fut submergée, l’embouchure du fleuve fut élargie de plusieurs kilomètres. »
Nous nous élevâmes au-dessus du sol et continuâmes notre route en suivant le cours de l’Amazone jusqu’à un certain point situé à 56° de longitude ouest. Là, nous avons observé maintes choses puis nous nous sommes dirigés vers le point situé à 70° de longitude ouest. Saint-Germain m’expliqua que, de ce lieu, partiront des recherches et des observations futures. La section qu’Il m’indiqua couvrait l’Amazone entre les deux points et aussi deux de ses principaux affluents: la Jurna et la Madeira.
« Cette civilisation, dit-Il, s’édifia pendant la période allant de douze à quatorze mille ans d’ici. La portion de contrée qui nous concerne est la partie s’étendant du confluent de la Madeira et de l’Amazone, jusqu’au point Ouest où l’Amazone entre en contact avec la Colombie et le Pérou.
« Il y a treize mille ans environ, le cours de l’Amazone était contenu par de grandes digues de pierres. La contrée environnante était située à une altitude d’environ seize cents mètres et, au lieu du climat tropical actuel, une température semi tropicale régnait sur l’endroit tout au long de l’année. La contrée formait un grand plateau. A son embouchure, l’Amazone formait de magnifiques chutes. La cité où se trouvait l’obélisque était construite entre les chutes et le rivage de la mer, à environ dix miles (16km) au sud du fleuve. Au Nord, l’Orénoque était peuplé de grands reptiles et autres animaux féroces. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

à la loupe