5. souvenirs incas

Chapitre 5 : SOUVENIRS INCAS.

Dix jours passèrent sans incident. Grâce à un entraînement accru, je ne m’endors jamais sans maintenir mon attention sur mon Dieu Intérieur et sans envoyer une pensée de gratitude vers Saint-Germain. Le soir du onzième jour, lorsque je me retirai, j’entendis sa voix me dire distinctement: « Venez! »
J’avais appris à obéir à cet appel et, immédiatement, je quittai mon corps, traversai l’espace et me retrouvai en quelques instants au Royal Titon. Saint-Germain se tenait sur le flanc de la montagne, attendant mon arrivée. Cette fois, pour que je le rejoigne, Il m’avait appelé. Je le saluai: « A votre service », dis-je en me dirigeant vers lui. Souriant, Il me répondit: « Nous avons du travail en perspective, partons! »

J’eus parfaitement conscience de la direction dans laquelle nous voyagions. J’étais certain que nous nous dirigions vers le Sud-Ouest. Bientôt, nous vîmes les lumières d’une ville, et Saint-Germain me dit en me les montrant: « Los Angeles ». Puis, comme nous passions au-dessus d’un autre territoire illuminé, Il dit « Mexico ». Arrivés au-dessus d’une forêt tropicale, nous avons commencé à descendre et sommes passés près des ruines d’un ancien temple.
« Voici les ruines de Mitla, dans l’État d’Oaxan Mexico », m’expliqua-t-Il.
« Vous vous êtes incorporés tous les trois pour aider ce peuple lorsque la civilisation inca atteignit son apogée. Avec l’assentiment des Maîtres Ascensionnés dont dépendait cette assistance, vous avez choisi de venir dans la famille inca pour rendre le service attendu à cette époque.
« Vous êtes né ici, enfant d’un chef inca, âme forte, très avancée dans l’illumination spirituelle. Il aimait profondément son peuple et demanda au Dieu Suprême lumière, abondance, et perfection pour qu’il soit béni avec sa terre. La dévotion de l’inca envers sa Source était très grande, car il connaissait et reconnaissait consciemment la puissance du Grand Soleil Central. Cette véritable compréhension fut enseignée au peuple inca et, parce que les Incas savaient ce que signifiait le Grand Soleil Central, ils se servaient du Soleil comme symbole du Soi Divin. Ils possédaient une compréhension intérieure réelle, et ils reconnaissaient la totalité de la puissance issue de ce Grand Soleil Central que nous appelons aujourd’hui ‘le Christ’ car Il est le Cœur de l’Activité Christique de l’Univers.
« A cause de la dévotion du chef inca, à la fois envers sa Source et envers son peuple, son profond désir pour que la bénédiction divine et la lumière les gardent et les aident fut exaucé: Quatorze Grands Êtres de la Cité d’Or située au-dessus du Sahara lui répondirent et vinrent lui donner assistance. Vous, Lotus et votre fils furent trois de ces Quatorze. Vous aviez dix ans, Lotus douze et votre fils actuel quatorze quand vous avez été confiés à mes soins et placés sous ma direction pour vous préparer à l’œuvre que vous deviez accomplir plus tard. En ce temps-là, Je résidais dans le Cité d’Or mais, lorsque l’accord vibratoire fut obtenu, Je me rendis au palais dans une forme tangible pour donner la radiation et l’instruction nécessaires. Il en fut ainsi pendant quatre ans, jusqu’à ce que tout fut révélé à votre père.
« L’inca était stupéfait de la sagesse de ses enfants et il exprimait constamment louanges et actions de grâce pour une telle bénédiction. Vous aviez quatorze ans quand apparut à l’inca le Grand Maître Cosmique qui, autrefois, nous avait tous amenés à la Cité d’Or à la fin de notre incorporation dans la civilisation saharienne. Il lui dit que sa demande avait été entendue de la manière la plus réelle.
« A partir de ce moment, et pendant soixante dix ans, la civilisation inca atteignit son apogée. Je venais alors chaque jour pour vous instruire et élever les vibrations de l’inca et les vôtres. On vous appelait ‘les Enfants Incas du Soleil’. Sa gratitude, sa coopération et son amour furent magnifiques, en vérité, et il reçut la science et le maniement de la Grande Loi Cosmique.
« Votre enfance et votre jeunesse furent remarquables. Aucun nuage ne vint troubler la beauté de cette instruction. Votre fils apprit les règles du gouvernement et les devoirs des chefs. Lotus apprit le travail intérieur, reçut l’enseignement total de la Loi et fut consacrée comme Prêtresse du Temple du Soleil. On vous enseigna à vous-même les Lois Cosmiques de la Prêtrise et aussi, secrètement, la conduite des armées.
« Après dix années d’entraînement spécial au Pérou, vous avez été envoyés tous les trois au Nord, dans une récente colonie de l’Empire Inca, pour aider le peuple dans l’expansion de ses activités et stimuler son progrès. L’Amour, la bénédiction et l’honneur du chef inca vous y accompagnèrent et vous avez établi la capitale de la colonie là où se trouve maintenant Mitla, dans la province d’Oaxan, au Mexique, et la gloire de cette cité nous est parvenue à travers les siècles.
« Là, vous avez construit un grand temple, sous la direction de Ceux de la Cité d’Or qui vous avaient instruits et aidés. Lotus portait le nom de Mitla dans cette incorporation, et c’est en son honneur que la cité fut appelée ainsi. Elle y servit comme prêtresse pendant plus de quarante ans. Ce fut l’un des temples les plus magnifiques de cette période, et aucune dépense ne fut épargnée pour l’aménager. C’est la partie secrète de ce temple, bâtie sous la surface du sol, qui devait subsister et rendre témoignage de cette splendide civilisation, des siècles plus tard. Vous saviez cela au moment où il fut construit. L’entière construction fut dirigée par un des Grands Maîtres Ascensionnés de la Cité d’Or.
« La partie extérieure était faite de pierres massives, dont quelques unes peuvent être vues aujourd’hui encore parmi les ruines. L’intérieur était recouvert de marbre, d’onyx et de jade. Le jade venait d’une source secrète des Andes, qui n’a jamais été révélée à personne. La couleur et la décoration intérieure étaient des plus artistiques, les tons principaux étant l’or, le pourpre, le rouge et le rose coquillage. Le sanctuaire intérieur était d’or avec des décorations blanches et pourpres. Le trône dans lequel officiait la prêtresse était aussi d’or. Ici, la force spirituelle était concentrée et maintenue pour être ensuite radiée vers le peuple et l’empire.
« Après cette explication préliminaire, nous allons maintenant pénétrer dans le temple souterrain où une chambre a été préservée au milieu des ruines de cette ancienne splendeur. » »

Nous nous éloignâmes un peu et Saint-Germain ordonna: « Reculez! ». Il concentra un Rayon de la Force Divine sur un amas de rochers. Ils furent soudain projetés dans toutes les directions, découvrant ainsi un cube de granit rouge. Il s’avança et y posa la main. Lentement, le bloc pivota, découvrant une ouverture d’environ un mètre de large et des marches bien apparentes conduisant à l’intérieur. Nous en descendîmes vingt et une, jusqu’à une porte qui semblait être en cuivre, mais Saint-Germain me dit que c’était un alliage de métaux dont les proportions le rendaient impérissable.
Il pressa sur un cube de roche à droite de l’entrée et me montra une porte qui tournait lentement, découvrant une petite salle. A l’extrémité opposée se trouvait un passage voûté, fermé par une autre porte massive. Cette fois, il pressa sur une pierre avec son pied. La pierre avait une forme particulière et se trouvait dans le sol. La porte s’ouvrit sur une immense chambre qui paraissait avoir besoin d’un sérieux nettoyage et d’un peu d’aération. La pensée n’avait pas plus tôt traversé mon esprit que l’endroit se remplit d’une lumière violette puis d’un léger brouillard blanc qui devint brillant comme le soleil de midi. Le nettoyage fut bientôt achevé et tout paraissait propre, frais et était imprégné d’un doux parfum de roses.

Nous entrâmes. Mon attention fut retenue par un certain nombre de portraits, remarquables, et dont je n’avais jamais vu les pareils. Ils étaient gravés dans l’or massif avec les couleurs de la Vie.
« Eux aussi, m’expliqua Saint-Germain, sont indestructibles. Cinq d’entre eux sont les portraits du chef inca, votre fils, Lotus, vous et moi-même. Nous sommes représentés avec les corps que nous utilisions à cette époque. Par sa dévotion envers sa propre Flamme Divine, Lotus attira en ce temps-là un Grand Maître de Vénus qui lui enseigna cette sorte d’art. Elle est bien différente de tout ce qui a été enseigné sur Terre. Il ne fut créé qu’un nombre limité de ces portraits, car ce type d’art particulier avait des siècles d’avance. Le Maître de Vénus ne permit pas, à cette époque, qu’il soit répandu, mais il doit apparaître dans le présent Age d’Or, où nous sommes entrés maintenant.
« Ah mon Fils, si le peuple d’Amérique pouvait comprendre quelles magnifiques possibilités l’attendent! Mais il faut pour cela qu’il abandonne les croyances, les cultes, les dogmes, tout ce qui le limite et qui, par là, détourne son attention de ‘la Grande Présence Divine’ dans le coeur de ses enfants. Si les humains pouvaient comprendre quelle liberté, quelle puissance, quelle lumière les attendent! La seule condition est qu’ils reconnaissent et fassent usage de la Grande Présence Aimante en eux-mêmes, qu’ils comprennent et qu’ils sentent que cette Présence qui les anime possède le Contrôle Divin sur toute la manifestation. Oh! S’ils pouvaient comprendre que leurs corps sont les Temples du Très Haut Dieu Vivant, qui est le Maître du Ciel et de la Terre! S’ils pouvaient comprendre l’Amour du Soi Divin, lui parler, le reconnaître en toutes choses et être aussi certains de la Réalité de cette Présence que de celle des autres personnes et des choses! S’ils pouvaient seulement sentir combien proche est cette Grande Présence, sentir sa Réalité dans les profondeurs de leur âme, ne fût-ce qu’un instant, rien alors ne pourrait plus jamais s’interposer entre eux et ce Divin et Suprême Accomplissement qui est celui de Jésus et des autres Maîtres Ascensionnés!
« O Amérique! Bien Aimés Enfants de la Lumière! Laissez cette Grande Divine Présence, sa Sagesse et sa Puissance parler en vous maintenant, et voyez avec quelle rapidité le Royaume de Dieu peut se manifester sur la Terre. L’Amérique montre le chemin aux autres nations, elle porte la Lumière qui annonce l’Age d’Or à venir. Peu importent les conditions présentes, cette Lumière jaillira soudain et consumera les ombres qui cherchent à pervertir ses Idéaux et son Amour pour le Grand Soi Divin. »
A droite, une porte s’ouvrait sur une chambre contenant les archives impérissables de la civilisation Inca, qui relataient l’importance de son rôle dans ce cycle.
« C’est en ranimant la mémoire d’une vie antérieure d’il y a quatorze mille ans que vous avez retrouvé le procédé d’enregistrement de ces archives », me fit remarquer Saint-Germain. « Elles seront transportées au Royal Titon en même temps que les portraits, car ce temple secret a maintenant rempli son rôle et sera dissous. » Aussitôt, des Êtres Merveilleux, Étincelants, apparurent et emportèrent les archives et les portraits. Quand ils eurent terminé, nous retournâmes à l’entrée et nous nous écartâmes jusqu’à une bonne distance, immobiles et silencieux. Saint-Germain concentra son attention pendant quelques instants sur la porte du temple secret. Un calme soudain me saisit et m’immobilisa. Il y eut un grondement pareil à celui d’un tremblement de terre et, en un instant, le temple secret qui avait été une des plus glorieuses créations de son temps s’affaissa, en ruines. Je ne pus qu’être frappé d’étonnement à la découverte de l’immense pouvoir de Saint-Germain. Vraiment, les Maîtres Ascensionnés sont des Dieux, me dis-je. Il n’est pas étonnant que dans la mythologie des anciens, leurs activités soient relatées sous forme de fables ou de légendes. Ils exercent la Toute Puissance Divine en tous temps, parce qu’ils sont concentrés dans une détermination inflexible sur la Grande Présence Divine. Ils manifestent la Perfection Divine et ainsi tout le Pouvoir leur appartient.
« Lorsque Jésus a dit: ‘En vérité, je vous le dis, les œuvres que je fais, vous les ferez, et de plus grandes encore!’, il savait de quoi il parlait », continua Saint-Germain. « Il était venu pour démontrer que chaque être humain sur Terre peut atteindre et exprimer la Maîtrise et la Souveraineté Conscientes. Il donna l’exemple de la Souveraineté des Maîtres Ascensionnés, et il prouva à l’humanité qu’il est possible à tous d’appeler le Soi Divin en Action et de contrôler ainsi consciemment toutes choses humaines.
« Les grands Maîtres Ascensionnés, ces Êtres d’Amour, de Lumière et de Perfection qui ont guidé l’Expansion de la Lumière dans l’humanité depuis son origine sur cette planète, ne sont pas un produit de l’imagination. Ce sont des Êtres réels, visibles et tangibles, glorieux, vivants, et animés d’un tel Amour, d’une telle Sagesse et de tant de Pouvoir que le mental humain ne peut le concevoir.
« Partout dans l’Univers, Ils accomplissent librement et naturellement tout ce que l’homme ordinaire considère comme surnaturel. Ils sont les Gardiens de la Race; leur rôle est d’éduquer et d’aider l’être individualisé à développer sa conscience au-delà de l’expression de l’être humain ordinaire. Ainsi, l’être individualisé entre en possession de ses attributs supra humains et, comme un étudiant passant de l’instruction primaire aux degrés universitaires, le disciple d’un Maître Ascensionné passe de l’état humain grossier à la pleine et continuelle expression de sa divinité.
« Un Maître Ascensionné est un être individualisé qui, par un effort conscient, a développé assez d’amour et de pouvoir en lui-même pour rompre les chaînes de toutes les limitations humaines: étant ainsi libéré, il est digne de manipuler des forces dépassant l’expérience humaine. Il s’est identifié à l’Omniprésence Divine, la Vie. Toutes forces et toutes choses lui obéissent, car il est un être doué du libre arbitre et conscient du Soi Divin, contrôlant tout par la manipulation de sa Lumière Intérieure. C’est par la radiation et l’effusion de cette Lumière, qui est véritablement sa propre ‘Essence Lumineuse d’Amour Divin’, qu’un Maître Ascensionné est capable d’aider ceux qui viennent sous sa direction.
« Lorsqu’une telle radiation est dirigée vers un disciple, les corps subtils de ce dernier – surtout le corps de désir, le corps mental et le corps causal – absorbent l’essence lumineuse du Maître et la lumière de ses corps est identifiée et brille plus fort, comme une étincelle qui se transforme en flamme. Cette essence lumineuse contient la force la plus concentrée de l’Univers, elle dissout toute discorde et établit un équilibre parfait dans toute la manifestation.
« Le corps du Maître Ascensionné émet continuellement des rayons de cette essence lumineuse, dissolvant la discorde terrestre, comme les rayons de force appelés lumière et chaleur dissolvent les brouillards.
« Les radiations que les Maîtres déversent sur l’humanité terrestre sont de l’énergie consciemment concentrée et ayant reçu une qualité déterminée, puis étant dirigée vers l’accomplissement d’un plan défini. De cette manière et des milliers de fois, des personnes et des localités reçoivent une protection dont l’humanité est totalement inconsciente – continuant son existence et ignorant sereinement ses protecteurs et ses bienfaiteurs.
« Dans ce rôle, les Maîtres Ascensionnés ont la faculté de changer de corps comme habituellement on change d’habits, car la structure cellulaire est toujours sous contrôle conscient et chaque atome répond à chacune de leurs directives. Ils sont libres d’employer un ou plusieurs corps si ce qu’ils veulent accomplir le demande, car leur faculté de dissoudre ou d’assembler un corps atomique est illimitée.
« Ils sont la manifestation toute puissante de toute substance et de toute énergie, car les forces de la nature et les quatre éléments sont leurs serviteurs volontaires et obéissants.
« Ces Êtres glorieux, gardiens et instructeurs de la race humaine en évolution, sont appelés Maîtres Ascensionnés d’Amour, de Lumière et de Perfection. Ils sont, sans conteste, tout ce que le mot Maître suggère. Ils manifestent par l’Amour, la Sagesse et le Pouvoir du Soi Divin en Action, la Maîtrise sur tout ce qui est humain. De ce fait, ils ont fait l’Ascension dans le plan d’expression qui est au-dessus de l’humain, dans le surhumain: le Divin, la pure, éternelle, toute-puissante Perfection.
« Dans son ignorance et ses limitations, l’humanité terrestre se permet de juger ou d’exprimer des opinions diverses sur Jésus, et d’autres Maîtres Ascensionnés. Cette habitude est des plus désastreuses, car ces critiques retournent à ceux qui les émettent et les lient encore plus étroitement aux souffrances et aux limitations qu’ils se créent eux-mêmes.
« Les Maîtres Ascensionnés, s’étant libérés des limitations humaines, sont une Effusion de Lumière Flamboyante et, par l’Activité de la Loi, ils sont devenus impénétrables à toute pensée humaine discordante. C’est la raison pour laquelle toutes les pensées et les sentiments destructifs des hommes sont obligés de retourner vers celui qui les a émis, le liant plus étroitement dans les chaînes qu’il se forge. Si les êtres humains pouvaient voir leurs pensées, leurs sentiments ou leurs paroles, partout dans l’atmosphère, sur l’éther, s’agglomérant avec leurs semblables puis revenant vers leur émetteur, ils ne seraient pas seulement stupéfaits de leurs créations, mais ils hurleraient ‘au secours!’, et pour dissoudre de telles créations, ils se retourneraient avec détermination vers leur propre divinité et s’y réfugieraient.
« Pensées et sentiments sont choses vibrantes et vivantes. Celui qui sait cela emploiera sa sagesse et se contrôlera en conséquence.
« Ce que le Soi Divin est, par rapport au moi extérieur, c’est cela que Jésus représente par rapport à l’humanité qui fait ses expériences sur la Terre. Il a révélé l’Enregistrement du Maître au monde extérieur et il est à jamais la preuve vivante que l’être humain est capable de se libérer de toutes limitations et d’exprimer sa divinité en accord avec le Plan Original car, à l’origine, l’humanité vivait dans la Liberté et l’Harmonie.
« Lorsque ceux qui étudient la Vie et les Lois de l’Univers d’une manière plus approfondie que le reste de l’humanité deviennent conscients de l’existence des Maîtres Ascensionnés, ils désirent venir vers ces Grands Êtres afin d’en obtenir de l’Instruction. C’est l’âme qui aspire à plus de Lumière, alors que le moi extérieur ne réalise nullement ses relations avec ces Grands Êtres complètement divinisés. Ce n’est que par l’activité d’un Amour assez grand et d’une discipline complète du moi extérieur qu’un étudiant éminemment sincère, convaincu et déterminé, peut contacter un de ces Maîtres Ascensionnés. Si le motif pour lequel le contact est recherché est la curiosité, ou le désir de s’assurer si oui ou non ces Êtres existent, ou pour obtenir la solution d’un problème, le contact ne se fera pas, car le Maître Ascensionné ne s’intéresse nullement à donner satisfaction au côté humain d’un étudiant. Tous ses efforts concernent l’expansion du Soi Divin Intérieur afin que son Pouvoir soit intensifié au point de briser les limitations dans les plans mental, émotionnel et physique, c’est à dire en pensées, sentiments et actions.
« Les faiblesses et les limitations rendent le véhicule impropre à être un instrument adéquat pour l’expression du Grand Soi Divin Intérieur. Le corps humain, avec ses facultés, est ‘le Temple de l’Énergie Divine’ que la Grande Présence Divine produit afin de l’employer pour la manifestation du Plan Divin.
« Si l’énergie divine est gaspillée pour la satisfaction incontrôlée des appétits des sens et des désirs du moi extérieur, et si la Présence Intérieure n’est pas mise en possession du véhicule, alors Elle se retire, privant le moi extérieur du pouvoir de manipuler le mental, et le corps se décrépit puis se dissout. C’est l’état que le monde appelle ‘la mort’.
« Celui qui cherche à contacter un Maître Ascensionné dans le corps visible, tangible et vivant de celui-ci, sans être passé par une préparation qui accorde graduellement sa structure extérieure et son mental avec ce Maître, celui-là est comme un élève du jardin d’enfants qui demanderait à un professeur d’université de lui enseigner l’abc.
« Les Maîtres Ascensionnés sont, en réalité, de grandes batteries chargées d’un pouvoir et d’une énergie formidables: tout ce qui touche leur radiation devient hautement chargé de leur essence de lumière, exactement comme une aiguille qui, mise en contact avec un aimant, prend les qualités de celui-ci et devient aimantée.
« L’aide et la radiation des Maîtres Ascensionnés sont essentiellement un Don d’Amour. C’est pourquoi ils n’emploient jamais la force pour contraindre. La Loi d’Amour, la Loi de l’Univers et la Loi des êtres individualisés ne permettent pas aux Maîtres Ascensionnés d’entraver le libre arbitre des individualités, sauf aux périodes d’Activité Cosmique, lorsque le Cycle Cosmique supplante le cycle individuel. C’est à ces époques que les Maîtres Ascensionnés peuvent donner plus que l’assistance habituelle.
« La Terre, maintenant, se trouve dans l’un de ces cycles, et la plus intense radiation de lumière, connue à ce jour, est actuellement donnée afin de purifier l’humanité, de rétablir l’ordre et l’amour indispensables pour le maintien de notre planète et du système de mondes auquel nous appartenons.
« Tout ce qui ne se conforme pas ou ne veut pas se conformer à l’ordre, l’équilibre et la paix qui doivent s’exprimer à l’avenir dans la vie sur la Terre devra trouver quelque autre partie de l’Univers pour y acquérir la compréhension de la Loi.
« Il n’y a qu’un passeport qui donne accès à la Présence des Grands Etres: assez d’amour donné au Soi Divin et aux Maîtres, joint à la détermination de déraciner de la nature humaine toute discorde, tout égoïsme et tout mensonge.
« Lorsqu’on est suffisamment déterminé à servir exclusivement la manifestation du Plan Divin Constructif, on discipline la nature humaine même si la tâche est dure. Il nous faut faire notre réforme complète du moi humain. Alors, automatiquement, l’attention d’un Maître Ascensionné sera attirée par l’Étudiant et le Maître, voyant ses efforts, radiera vers lui le courage, la force et l’amour qui le soutiendront jusqu’à ce qu’il arrive à maintenir le sentiment du ‘contact permanent’ avec sa propre divinité intérieure.
« Le Maître Ascensionné sait et voit tout ce qui concerne l’étudiant, car il lit clairement l’enregistrement qui est fait dans l’aura. Cet enregistrement révèle le développement du disciple, ses points forts comme ses faiblesses. Le Maître Ascensionné est l’Omniscience et la Vision Divines, rien ne lui est caché. Celui qui a l’ambition d’être dans la Présence Visible et Tangible du Maître Ascensionné doit comprendre que, à moins de se transformer en un Soleil Radiant d’Amour, de Lumière et de Perfection, que le Maître peut intensifier et employer comme une part de lui-même, et diriger à volonté consciemment n’importe où, il ne serait d’aucune utilité et serait un crampon et une perte d’énergie pour le Maître.
« Si l’étudiant n’a pas discipliné déjà le moi extérieur, ou n’est pas disposé à le faire, ayant acquis le calme mental, des sentiments paisibles et aimants, et un corps robuste, il ne constitue pas une matière qu’un Maître Ascensionné puisse employer dans le service surhumain qu’il accomplit.
« Si l’étudiant ne possède pas un véhicule robuste, bien contrôlé et harmonieusement développé, il est incapable de collaborer avec un Maître Ascensionné et d’accomplir ce qui dépasse toute expérience humaine. Et si un de ces Êtres Parfaits acceptait un disciple dépourvu de toutes ces qualités, il commettrait la même erreur qu’un constructeur qui ferait une machine ou une maison avec des matériaux non appropriés. Cette espèce de matériel ne résisterait pas à une pression exceptionnelle, un besoin urgent ou un service prolongé. Ce ne serait pas une preuve de Sagesse, d’Amour ou de Miséricorde de soumettre quelqu’un à une expérience pour laquelle il n’a ni l’entraînement, ni la résistance requis. Comme les Maîtres Ascensionnés sont le comble de la Perfection, Ils n’agissent qu’avec Justice, Amour, Sagesse et Discernement.
« L’attitude de celui qui désire collaborer avec les Maîtres Ascensionnés consciemment ne doit pas être ‘je voudrais les rencontrer pour recevoir de l’Instruction’, mais plutôt ‘je veux me purifier, me discipliner et me perfectionner, devenir une telle expression d’Amour, de Sagesse et de Pouvoir que je pourrai les assister, et ainsi je serai attiré par Eux. Je veux aimer avec tant de constance, si infiniment et divinement, que l’éclat de ma Lumière leur permettra de m’accepter’.
« Se corriger et contrôler les forces accessibles à la conscience humaine ne sont pas des objectifs qui peuvent être atteints immédiatement, en prenant ses aises, en étant léthargique et en donnant satisfaction aux sens, car les sens de l’être humain se déchaînent, et l’humain se rebelle furieusement contre la répression indispensable de sa nature inférieure. Cela doit pourtant être accompli pour pouvoir gouverner les forces de l’être, surtout celles des sentiments, afin qu’elles puissent être employées et mises en action sous la Souveraineté Exclusive et Consciente du Mental Divin.
« Le proverbe disant ‘beaucoup d’appelés mais peu d’élus’ est très vrai. Tous sont constamment appelés mais peu sont suffisamment éveillés pour réaliser la Joie Extatique et la Perfection du Soi Divin, pour entendre Sa Voix dans la Lumière, appelant à jamais chacun à retourner vers la Maison du Père. Chaque être sur Terre est libre à chaque instant de se lever et d’aller vers le Père, le Soi Divin, à condition de tourner le dos à la condition des sens et de garder son attention sur l’Unique Source dans tout l’Univers, d’où procèdent la Paix, le Bonheur, l’Abondance et la Perfection.
« Il existe un moyen permettant à tous d’entrer en contact avec les Maîtres Ascensionnés: c’est de penser à Eux, de Les appeler, Ils répondent à chaque Appel par Leur Présence d’Amour. Mais le motif de l’appel doit être l’Amour de l’Unique Source, l’Amour de la Lumière, l’Amour de la Perfection.
« Si cette intention est réelle, déterminée et persévérante, l’étudiant recevra de plus en plus de Lumière, car la Lumière reconnaît ce qui lui est semblable et donne de Soi-même sans arrêt, sans condition et à chaque instant. Demandez et vous recevrez, frappez et on vous ouvrira, cherchez et vous trouverez: appelez la Lumière et les Maîtres Ascensionnés vous répondront, car ILS SONT la Lumière de ce Monde.

« Lotus servit comme prêtresse dans le Temple de Mitla pendant plus de quarante ans, avec vous et votre fils. Grâce à vos efforts combinés, les différentes cités de la colonie atteignirent un haut degré de perfection. Vous y avez établi des industries, perfectionné l’agriculture, faisant régner la prospérité dans le pays.
« Il fut révélé au chef inca que le moment où il devait terminer son pèlerinage terrestre et son service dans cette civilisation approchait. Il vous manda alors tous les trois auprès de lui. D’autres furent désignés pour vous remplacer et, le bénissant avec amour, vous fîtes vos adieux à votre peuple.
« Le roi fut très surpris de voir qu’aucun de vous n’avait vieilli au cours de votre absence. Votre apparence de jeunesse était le résultat de l’entraînement reçu pendant votre enfance, et la preuve encore plus évidente que ses enfants lui avaient été envoyés d’En Haut en réponse à sa prière. Une profonde gratitude envers le Dieu Tout Puissant et Unique, pour Ses Bienfaits, ainsi que envers ses enfants et son peuple, remplirent son cœur. » »

A ce point de son discours, Saint-Germain révéla nos incorporations Incas: des images vivantes apparurent dans l’atmosphère, toutes dans leurs couleurs et leurs activités originales. Cela dura environ trois heures. Ces anciennes expériences du Pérou et de Mitla étaient, devant moi, une réalité vivante.
Le chef inca réunit les quatorze envoyés de la Cité d’Or, en vue de l’évènement le plus important de son règne. La direction des affaires de l’Empire devait être transférée à son fils aîné qu’il avait désigné comme son successeur, au cours d’un banquet.
Le palais avait été considéré pendant des siècles comme la construction la plus magnifique de cette période, car le roi avait eu à sa disposition pendant son règne des ressources immenses. Il vivait en contact étroit avec le Soi Divin, et des richesses fabuleuses étaient à sa disposition. L’intérieur du palais était entièrement orné d’or, les chambres privées de la famille royale étaient décorées d’or pur rehaussé de joyaux, et le symbole du soleil était utilisé à profusion, comme un rappel constant au Dieu Intérieur.
Dans la salle du banquet, il y avait cinq tables de jade sculpté, aux pieds d’onyx blanc. Vingt personnes pouvaient prendre place autour de chaque table, à l’exception de la table royale où, seuls, les quatorze envoyés de la Cité d’Or, le Roi et le Maître Saint-Germain, connu alors sous le nom de Soleil Uriel, pouvaient prendre place. Les chaises de la table royale étaient en or, surmontées d’une légère panoplie de plumes d’autruche aux couleurs étincelantes. Sur le siège de l’inca, les plumes étaient de couleur violette, celles de Saint-Germain étaient d’un ton or intense, celles du fils aîné étaient violettes, celle de la fille roses, celle du fils cadet représentant l’autorité du prêtre étaient blanches. Les plumes des quatorze de la Cité d’Or avaient des couleurs différentes, toutes magnifiquement belles. La couleur, dans chaque cas, indiquait le service que l’occupant rendait à l’Empire dans sa fonction spéciale.
Des nappes d’un tissu très doux, richement brodées de fils étincelants, recouvraient les tables. Tout le palais était illuminé par des globes auto lumineux dont Saint-Germain avait fait don au chef, au début de son préceptorat.
Le chef portait une robe royale, faite dans une matière métallique dorée, avec une plaque de poitrine merveilleusement ornée de joyaux représentant le soleil. Par dessus, il avait revêtu le manteau de sa fonction, fait dans un riche tissu pourpre et bordé de somptueuses plumes d’autruche en bas et autour du col. La couronne était une bande de diamants garnie de trois plumes violettes à l’arrière. La Vie Intérieure du Chef, le Soi Divin et Ses Activités, le Père, le Fils et le Saint-Esprit, se manifestant à travers l’homme sous forme d’Amour, de Sagesse et de Pouvoir, étaient symbolisés par ces trois plumes. Les deux fils étaient vêtus de vêtements semblables à ceux de leur père, à l’exception du manteau royal, mais chacun portait une plaque de poitrine ornée de joyaux. La couronne de l’aîné était décorée d’émeraudes et les plumes étaient d’un violet plus clair que celles du père; la coiffure de l’autre fils était garnie de perles, et les plumes étaient blanches, symbole encore de la fonction du prêtre.
La princesse portait une robe d’or, tissée d’un fil aussi fin qu’un fil d’araignée, et sur voilée d’une étoffe opalescente, éblouissante et changeant de couleur à chaque mouvement du corps. Elle avait une ceinture de diamants et d’émeraudes avec un panneau descendant jusqu’à terre. Elle était coiffée d’un bonnet serré et ajusté, et autour de son cou pendait une chaîne à laquelle était suspendu un symbole du soleil, fait de diamants, de rubis et d’émeraudes. Ses sandales étaient en or, couvertes elles aussi de joyaux.
Au moment même où le Roi quittait ses appartements privés pour se rendre dans la salle du banquet, une Lumière éclatante remplit la pièce et Saint-Germain se tint, devant nous, comme un Dieu. La Lumière autour de lui était presque aveuglante, et il nous fallut quelques secondes pour nous y accoutumer. Sa belle chevelure d’or tombait sur ses épaules et était retenue par une bande de diamants bleus autour de son front. Sa propre radiation se manifesta dans la couleur de ses cheveux jusqu’à ce qu’elle apparut comme un soleil. Le violet étincelant de ses yeux contrastait fortement avec sa peau qui avait la douce couleur rosée de la jeunesse et de la parfaite santé. Ses traits étaient très réguliers comme ceux des anciens grecs.
Il portait une robe faite dans une matière blanche étincelante, complètement différente de tout ce qu’on peut rencontrer dans notre monde moderne. Elle était légèrement serrée à la taille par une ceinture de diamants jaunes et de saphirs, avec un panneau descendant jusqu’aux genoux. A l’annulaire de sa main gauche, on voyait un anneau orné d’un magnifique diamant jaune, et au médium de sa main droite, un saphir presque aussi brillant. Les deux pierres brillaient énormément à cause de sa radiation très intense car il arrivait tout juste de la Cité d’Or.
Le Roi fut surpris à cette apparition mais il débordait de joie. Il fit le signe reliant le cœur, la tête et la main, s’inclina profondément devant le Maître et lui offrit son bras. Ils avancèrent ainsi jusqu’à la salle du banquet.
Là, les tables avaient été dressées avec un service fait entièrement d’or, de cristal et de jade. Les enfants du Roi entrèrent peu après et, lorsqu’ils virent le Maître Bien Aimé, eux aussi furent transportés de joie. Ils n’oubliaient pas, pourtant, le caractère solennel de l’occasion et, faisant le signe divin qu’il leur avait enseigné, ils s’inclinèrent profondément devant leur père et leur hôte de marque.

Le signal fut donné de s’asseoir. Le Roi prit place à la tête de la table, le Maître Saint-Germain à sa droite et, à côté de ce dernier, la jeune fille. Le fils aîné fut placé à la gauche du Roi , puis le cadet et les quatorze de la Cité d’Or.
A la fin du banquet, le Roi se leva et tous devinrent très attentifs. Il resta silencieux un moment, puis, étendant la main vers Saint-Germain, il le présenta à l’Assemblée. Le Maître s’inclina avec grâce. Le Roi dit que la Loi Spirituelle la plus haute lui avait été enseignée ainsi qu’à ses enfants, et il fit connaître à ses hôtes les grandes bénédictions qui avaient été accordées à cette terre et à ce peuple. Elles étaient la preuve du grand Amour que leur avait prodigué le Maître. Il déclara ensuite que ce grand banquet avait été donné afin de désigner son successeur au trône.
Il fit signe à son fils aîné de se lever et le leur présenta comme leur futur chef. Il retira son manteau royal et le posa sur les épaules de son fils. Saint-Germain, levant la main au-dessus de lui pour le bénir, dit: « Je vous bénis, mon Fils, au Nom et par la puissance du Grand Dieu Unique en l’Homme et dans l’Univers, dont la Sagesse Suprême vous dirigera, dont la Lumière vous illuminera et dont l’Amour vous enveloppera et vous bénira, vous, cette terre et ce peuple. » Puis, le Maître Bien Aimé toucha le front du fils avec le pouce de la main droite et leva la main gauche, et un éclat de lumière aveuglant les entoura.

Le Roi désigna ensuite ceux qui devaient prendre la place de sa fille et de ses deux fils dans le Temple de Mitla. Saint-Germain, le Roi, ses enfants et les envoyés de la Cité d’Or se dirigèrent ensuite vers la salle du trône, où le Maître leur adressa de nouveau la parole et dit: « Bien Aimés de la Lumière! Votre Frère, le Roi, jouira bientôt d’un repos bien mérité et recevra une instruction supérieure. Je resterai avec vous. Votre civilisation connaîtra son apogée sous le règne de ce frère bien-aimé, et vous aurez besoin de bien des richesses supplémentaires pour tout ce qui doit être accompli. Au cœur des montagnes voisines se trouve un trésor immense de pierres précieuses et d’or. Le plus jeune des fils de votre chef n’a pas encore ravivé la faculté dont il se servait antérieurement. Je vais la réveiller pour qu’elle fonctionne à nouveau, parce que ses futures activités vont en avoir besoin. »
Il s’avança vers le cadet et toucha, là encore, le front avec le pouce de sa main droite: un tremblement apparut dans tout le corps et la vue intérieure en fut ouverte. Il vit, dans les passes montagneuses, un certain emplacement contenant de telles richesses qu’il comprit qu’aucune autre réserve ne serait nécessaire pour produire tout ce dont ils auraient besoin dans leurs activités extérieures. L’enfant rendit grâce à son Maître Bien Aimé, et promit d’exécuter le plan prévu par son assistance.
Trois des mines qu’il ouvrit et qu’il exploita furent fermées et scellées lorsque le règne des quatorze de la Cité d’Or prit fin. Elles sont restées fermées jusqu’à présent. De temps en temps, les archéologues retrouvent des vestiges qui rendent compte de la haute perfection qui fut atteinte par cette civilisation. Les fragments qu’ils ont découverts à ce jour appartiennent pourtant à la période du déclin de la civilisation inca. Un jour viendra où ce qui correspond à son point culminant sera révélé et apportera révélation, bénédiction, illumination et service à la postérité.
Les jours suivants, des messages furent envoyés vers les principaux points de l’Empire pour annoncer l’accès du fils du roi au trône. Sa réputation l’avait précédé depuis la Cité de Mitla; la renommée de sa sagesse, de sa noblesse de caractère, de sa justice s’était répandue à travers tout le royaume pendant les années où il avait vécu dans cette ville.

Quelques jours plus tard, le jeune homme ordonna à l’ingénieur des mines qu’il avait choisi comme chef d’une expédition, de préparer l’équipement, la nourriture, et de réunir les hommes pour se rendre à la montagne et ouvrir la mine qu’on lui avait montrée en lui restituant l’usage de sa vue intérieure, ou Troisième Œil.
Lorsqu’ils furent prêts à partir, le jeune homme resta seul et fixa avec fermeté son attention sur son Dieu Intérieur, sachant ainsi qu’il serait guidé pour trouver la mine. Par ce sentiment, il n’eut aucune difficulté pour la localiser exactement, d’après ce qu’on lui avait montré dans la vision. De nombreux hommes furent mis à pied d’œuvre: en soixante jours, la veine la plus riche qui eut jamais été découverte en Amérique du Sud fut ouverte. Le récit de la découverte et de l’exploitation de cette mine est venu jusqu’à nous sous la forme d’une légende encore vivante aujourd’hui. Au retour de cette expédition, le fils du Roi fut accueilli par les acclamations du peuple et reçut la bénédiction de son père, de Saint-Germain, de son frère aîné et de sa sœur.
La mine était située à deux mille quatre cents mètres d’altitude et ce séjour avait intensifié la sensibilité du prince, fait qui se produit toujours à une altitude élevée. A son retour au palais, il perçut clairement qu’un grand changement était imminent pour le chef inca et que son trépas approchait.

Le jour du couronnement arriva, où le fils aîné devait assumer légalement et publiquement les responsabilités et les charges du royaume. La famille royale demanda à l’Ami et Maître Bien Aimé de couronner le nouveau chef et c’est avec grâce qu’il y consentit. Les préparatifs de cet évènement important, quoique très élaborés, furent vite terminés. Au moment où la couronne allait être posée sur la tête du nouveau chef, tous remarquèrent que Saint-Germain ne faisait aucun geste pour la prendre. Soudain, dans un éclair aveuglant, un Être Merveilleux se manifesta. Il paraissait être une jeune fille de dix huit ans à peine, mais de son regard et de sa présence émanait un rayonnement éblouissant, rempli d’amour, de sagesse et de puissance qui faisait d’Elle une déesse.
La Lumière qui vibrait autour d’elle était blanche et cristalline, elle étincelait sans cesse de mille feux. Tendant les mains vers le porteur de la couronne, elle la prit et, avec une grâce infinie, la posa sur la tête du nouveau roi. D’une voix mélodieuse, Elle dit: « Bien Aimé de la Cité d’Or, Je vous couronne avec la Sagesse, l’Amour et la Lumière dont cette couronne est le symbole. Puissent votre justice, votre sens de l’honneur, et votre noblesse de cœur subsister à jamais. Par Ordre Divin, Je régnerai avec vous, invisible pour tous sauf pour ceux de la Cité d’Or qui sont ici. »
Le nouveau chef s’agenouilla en recevant la couronne et l’Être Merveilleux se pencha et le baisa au front. Elle se tourna ensuite vers l’assemblée, éleva les mains et la bénit. Immédiatement, une lumière rose très douce emplit la salle, les enveloppant tous d’amour. Elle bénit l’ancien roi et, se tournant vers sa fille, Elle l’embrassa affectueusement. Au plus jeune des fils, Elle tendit la main et lui, s’agenouillant, la baisa avec une grande déférence.
Le nouveau roi monta sur le trône. Il s’inclina devant ses hôtes puis, offrant son bras à l’Être ravissant, il ouvrit le chemin vers la salle du banquet où eut lieu le festin du couronnement. Il donna le signal de s’asseoir et prit la parole en ces mots: « Mon peuple bien aimé! Je sais qu’il n’y a qu’une seule Divine Présence, Dieu-l’Humanité-et-l’Univers qui gouverne tout. C’est mon désir plus fort que jamais de vivre de telle sorte que mon esprit et mon corps soient de purs canaux et de pures expressions au service de l’Unique Grande Présence Intérieure. Puissiez-vous, mes amis, mon peuple, notre Terre et son activité, être bénis par le Grand Amour de Dieu, Sa Paix, Sa Santé, Son Bonheur. Puisse cet Empire, qui est le domaine de Dieu, et dont nous sommes seulement les gardiens, continuer d’exister dans une abondante prospérité. L’Amour de Dieu en moi vous baignera toujours et je demande la Lumière Éternelle de Dieu pour vous élever vers l’Éternelle Perfection. »
Le banquet avançait et le vieux roi devenait de plus en plus pâle. Le nouveau roi fit un signe à son jeune frère, qui se chargea de leur père et l’aida à se rendre aux appartements de la famille royale. Le roi s’étendit et resta immobile pendant quatre heures. Ses enfants, Saint-Germain et l’Être ravissant restèrent à ses côtés. Quand le terme de son voyage sur Terre arriva, l’Être ravissant s’avança vers la tête de la couche royale et prononça ces mots: « Frère inca, tu as pensé laisser cette forme à l’action des Quatre Éléments, mais Je te le dis, elle opérera son Ascension, elle sera illuminée et sera transmutée dans l’Éternel Temple de Dieu qui exprime toute Perfection. Ton Grand Service t’a libéré de la roue des renaissances et de la soi-disant mort. Sois reçu maintenant au sein de l’Armée de Lumière avec laquelle tu seras maintenant toujours UN. »
Lentement, le corps s’éleva vers l’Éternelle Perfection puis disparut complètement. Saint-Germain se tourna vers ceux qui se trouvaient là. « Mon Service est terminé », dit-Il, et, s’avançant, Il plaça un anneau très particulier au troisième doigt de la main droite du roi. Son joyau était un globe miniature auto lumineux, fait dans une substance précipitée qui ressemblait à de la perle, et à l’intérieur duquel on voyait brûler une flamme bleue. C’était un Joyau de Lumière, semblable au globe qui servait à éclairer le palais et que Saint-Germain avait donné à son père. « Acceptez ceci, dit-Il, du Maître de la Cité d’Or. Il demande que vous le portiez toujours sur vous ». Puis il dit adieu, s’inclina gracieusement et disparut de leur vue.
Les trois enfants de l’inca avaient des corps physiques qui avaient été rendus parfaits par l’instruction de Saint-Germain qu’ils avaient reçue dans l’enfance. Il venait alors quotidiennement de la Cité d’Or pour les préparer au service du peuple. Tous trois avaient une magnifique chevelure blonde et des yeux bleu violet. Les deux fils mesuraient deux mètres de haut et la fille environ un mètre soixante dix. Leur port dénotait une grande dignité naturelle et laissait deviner la maîtrise intérieure qu’ils avaient gagnée grâce à cette instruction. Lorsque l’aîné monta sur le trône, il avait soixante huit ans, mais il n’en paraissait pas plus de vingt cinq. Même au moment où ils quittèrent la terre, aucun ne paraissait plus que cet âge. Le nouveau roi régna quarante sept ans, vivant ainsi jusqu’à l’âge de cent quinze ans. La fille vécut jusqu’à l’âge de cent treize ans et le cadet jusqu’à celui de cent onze ans.
Le peuple inca de cette époque avait les cheveux et les yeux foncés et la couleur de peau des indiens américains. Ceux qui s’incarnèrent dans la masse du peuple ne furent pas des âmes d’un savoir avancé, comme ce fut le cas dans les civilisations antérieures de l’Égypte, de l’Atlantide et du Sahara. Pour cette raison, les Maîtres Ascensionnés qui donnent leur assistance pour répandre la Lumière dans l’humanité placèrent le chef inca, ses enfants et les envoyés de la Cité d’Or aux postes de gouvernement de ce peuple, pour établir le plan selon lequel les futures activités devraient se dérouler. Ils conçurent une forme de gouvernement et un plan de développement qui, s’ils avaient été suivis, auraient permis à cette civilisation d’atteindre une grande Perfection dans l’accomplissement dans le monde extérieur et, en même temps, de recevoir une très forte illumination intérieure.

Lorsque le moment approcha de choisir des chefs parmi les Incas eux-mêmes, pour succéder au roi et à ses quatorze assistants, on prit grand soin de choisir ceux dont la croissance intérieure était la plus avancée. Quatorze furent choisis pour succéder à ceux de la Cité d’Or. L’Être ravissant apparut quotidiennement au roi pendant les quarante sept années de son règne, donnant conseils et assistance à l’aide de sa radiation, pour que la Sagesse et la Force Intérieures soient les Forces directrices pour le peuple.
Les successeurs des quatorze et du roi furent donc appelés en la présence du chef sage et très aimé, et l’Être ravissant, qui avait été invisible tout ce temps, se rendit visible à tous. La Lumière autour d’Elle devint très brillante quand Elle leur dit ces mots: « Pendant plus de quatre vingt dix ans, les Êtres de Lumière ont enseigné, illuminé, béni et rendu prospère le peuple et l’Empire. L’exemple est devant vous. Si vous le suivez, tout continuera à prospérer et votre terre sera bénie. Si vous ne gardez pas en vous l’Amour du Soi Suprême et Unique comme étant le Premier de tous dans vos cœurs, et si vous ne Le reconnaissez pas comme le Chef de l’Empire et de ses habitants, la décadence s’installera et la Glorieuse Perfection, dont vous avez joui pendant un siècle, sera oubliée. Je vous confie à la Grande et Suprême Présence en tous. Puisse-t-Elle toujours vous diriger, vous protéger et vous illuminer. »
Une preuve visible de l’existence du Dieu Intérieur en chaque homme leur fut donnée, elle fut donnée à chacun de ceux qui devaient garder les destinées de l’Empire pendant les années à venir. Cette même preuve sera donnée au présent peuple américain. En la présence du nouveau chef et de ses associés, le Roi et les Quatorze de la Cité d’Or quittèrent leurs corps et rendirent leur Soi Divin visible. Puis en quelques instants, leurs corps physiques disparurent dans l’air ambiant.

« Ainsi, termina Saint-Germain, vous est révélé le film d’une autre vie, et les bénédictions qui résultent d’une acceptation aimante de la Suprême Présence du Dieu Intérieur Unique y sont visibles. Retournons maintenant au Royal Titon. »
Nous revînmes à l’entrée et allâmes jusqu’à la Chambre des Audiences. Sur les murs, on voyait les portraits d’or gravé, transportés ici de l’ancien Temple de Mitla. Dans la Salle des Archives, nous trouvâmes ce que les Êtres ravissants et lumineux y avaient transporté. D’autres choses encore avaient été transportées mais il ne m’a pas été permis d’en parler.

Quand ces expériences eurent pris fin, j’avais compris, au moins partiellement, ce que pouvait être le Véritable Amour. Personne ne peut traduire le sentiment intense d’Amour et de Gratitude que l’on peut ressentir pour un Maître Ascensionné, quand on a eu la possibilité de vivre les expériences par lesquelles j’étais passé depuis ma première rencontre avec Saint-Germain. Aucun mot ne pourra jamais traduire ce sentiment. Après un tel contact, un seul désir persiste, effaçant tous les autres: celui d’être ce qu’Ils sont. C’est alors qu’on comprend ce que voulait dire Jésus quand Il parlait de la Maison du Père et où se trouve la vraie demeure de l’âme. Si quelqu’un a expérimenté, ne serait-ce qu’une seule fois et pour une fraction de seconde, le bonheur extraordinaire irradiant d’un Maître Ascensionné, il n’y a rien dans l’expérience humaine qu’il n’endurerait ou ne sacrifierait pour atteindre ce degré de Perfection, de Maîtrise et d’Amour.
On comprend également qu’une telle Perfection soit proposée à tous les Enfants de Dieu et soit aussi réelle que la réalité même. La vie la plus heureuse vécue par un être humain n’est qu’un rebut comparée à l’État d’Ascension de ces Grands Êtres. La création la plus parfaite et la plus belle des hommes, avec tout ce dont ils peuvent se vanter de puissance et d’accomplissement, est infiniment grossière en comparaison de la Liberté, de la Beauté, de la Gloire et de la Perfection qui est l’expérience journalière et continuelle de quiconque a opéré l’Ascension de son corps, comme Jésus.
Aussi, me sentais-je submergé par un sentiment de Gratitude et d’Amour envers Saint-Germain lorsque vint le moment de retourner à mon corps. Il réalisait ce que je ressentais et comprenait ma position.
« Mon Fils, dit-Il, vous ne pouvez pas recevoir ce que vous n’avez pas mérité, et vous méritez ceci et bien davantage. Rappelez-vous cependant que ce qui semble mystérieux ne paraît tel que parce qu’il est inexpliqué. Une fois comprises, toutes les expériences, même les plus inaccoutumées, seront considérées comme naturelles et en accord avec la Loi.
« La vérité suivante doit rester gravée dans votre mémoire pour toujours:
« Reconnaître et accepter la ‘Présence’ du Dieu Unique et Tout-puissant, qui a sa racine dans notre cœur et dans notre cerveau, et ressentir profondément cette VÉRITÉ plusieurs fois par jour, en réalisant et reconnaissant que Dieu remplit entièrement de Lumière notre esprit et notre corps, c’est être libéré. L’Unique et Toute-puissante Présence est Harmonieuse. La Perfection se manifestera dans les affaires et dans toute l’activité de celui qui tiendra son attention fixée avec détermination sur cette Vérité Éternelle, et il n’y a pas de degré de Perfection, si élevé soit-il, qu’il ne pourra atteindre.
« Il n’y a qu’une seule Source et un seul Principe de Vie sur lesquels nous devrions fixer notre attention sans la disperser: c’est le Soi Divin à l’intérieur de chaque individu. C’est au Grand Soi Harmonieux que le moi personnel devrait donner allégeance en tous temps, avec Lui qu’il devrait rester en constante communion, quelle que soit l’activité extérieure de l’intellect.
« Le Grand Soi Unique est l’Énergie de la Vie s’écoulant dans chaque corps humain à tout moment, et grâce à laquelle nous avons la capacité de nous mouvoir dans une forme. C’est la Sagesse éclairant notre esprit, la Volonté dirigeant nos activités constructives, le Courage et la Force soutenant tous les efforts loyaux, le Sentiment d’Amour Divin avec lequel nous pouvons qualifier toute émission de force, au fur et à mesure qu’elle s’écoule à travers le moi humain, le seul Pouvoir par lequel nous puissions jamais accomplir de bonnes choses. Le Soi Divin est la Maîtrise Consciente de toute activité extérieure.
« Le Soi Divin Tout-puissant en vous est le Chef Suprême de toute création, et la seule Source sûre, permanente, éternelle, de toute assistance au cours de l’existence. C’est seulement à l’aide de son Amour, de sa Sagesse et de sa Puissance que quiconque pourra s’élever jusqu’à l’Ascension, car une communion consciente et constante avec Lui signifie Liberté et Pouvoir sur toute création humaine. Lorsque Je dis ‘création humaine’, J’entends ‘tout ce qui est discordant et inférieur à la Perfection’. » »

Nous revînmes à mon corps et dès que je l’eus réintégré, Saint-Germain prit mes mains et me fortifia par un flot de l’Énergie Divine. Je me sentis immédiatement revivifié d’esprit et de corps. Je m’assis, fixai mon attention avec une profonde intensité sur ma ‘Présence Divine’ et offris une prière de gratitude pour les prodigieuses bénédictions dont j’avais été l’objet.
Saint-Germain s’inclina avec grâce et disparut.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

à la loupe