salle de musique

« Mes Chers Enfants, Je vois que vous avez oublié l’heure: il est maintenant trois heures du matin », remarqua Saint-Germain, et Il se tourna vers Lotus et notre fils pour leur dire au revoir. Ils m’embrassèrent et se dirigèrent vers le hall d’entrée alors que nous prenions la porte de droite. « Je désire vous montrer autre chose encore avant que nous ne partions, me dit-Il. Tenez! Voici un ensemble d’instruments de musique tout à fait inusités, et qui sont utilisés dans un but spécial. Ils ont été construits, en effet, de façon à posséder un timbre particulier que nous utilisons pour notre travail. » Il se dirigea vers le clavier d’un orgue et continua: « Voici ce qui vous paraît être un orgue sans tuyaux, mais les tuyaux, qui sont beaucoup plus petits qu’à l’accoutumée, sont dissimulés dans l’orgue. Le timbre de cet instrument est supérieur à tout ce que la Terre connaît jusqu’ici dans l’ordre musical. Cet instrument sera utilisé dans le monde extérieur dès que le Nouvel Age d’Or se déploiera. »
Nous examinâmes quatre harpes merveilleuses, légèrement plus grandes que celles dont nous nous servons dans le monde d’aujourd’hui. Saint-Germain s’assit près de l’une d’elles et toucha quelques cordes, nous donnant ainsi une idée de leur timbre. Cela me parut être la musique la plus merveilleuse que j’aie jamais entendue. « Cette harpe est une surprise en réserve pour notre Bien Aimée Lotus, dit-Il, car la veille du Jour de l’An, dans ce Centre, vous entendrez ces quatre harpes jouées par d’éminents artistes. »
Nous achevâmes d’inspecter la pièce et sortîmes par la porte du mur Nord-Ouest. Ensuite, au lieu de nous faire sortir du Centre comme nous y étions entrés, Saint-Germain ouvrit une petite porte sur la gauche, et nous passâmes par un tunnel dont les murs étincelaient comme une formation cristalline. Ils s’éclairèrent par la Lumière Blanche qu’Il avait l’habitude de produire en agissant sur la substance électronique autour de Lui. Nous marchâmes rapidement et arrivâmes par le tunnel à une porte de bronze qui s’ouvrit à son toucher. Nous nous retrouvâmes sous le ciel étoilé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

à la loupe