le banquet

« Comme à toutes les époques anciennes, une partie du peuple devint plus intéressée par les plaisirs fugaces des sens que par le Plan Créateur plus vaste du Grand Soi Divin. Ils perdirent conscience de la Force Divine en eux. A l’exception de quelques individus isolés dans le pays, la Connaissance Divine ne fut bientôt plus active ailleurs que dans la capitale qui était appelée la Cité du Soleil.
« Ceux qui gouvernaient comprirent qu’ils devaient se retirer et laisser le peuple apprendre, par de dures expériences, que tout son bonheur et ses richesses venaient de l’adoration du Dieu Intérieur, et qu’il devait revenir à la Lumière s’il voulait être heureux à nouveau.
« Le Roi Empereur savait, par sa Sagesse Intérieure, que son peuple devenait de plus en plus l’esclave des sens. Il comprit que continuer à soutenir le Royaume ne faisait plus partie du Plan Divin. Il reçut, de Ceux dont l’Autorité Spirituelle était supérieure à la sienne, le conseil de donner un banquet pour annoncer son intention de se retirer et pour faire ses adieux à ses sujets.
« Il réunit ses conseillers et donna des ordres pour le banquet. Il le fit dresser dans le plus magnifique local de l’Empire, connu sous le nom de ‘Salle des Joyaux’, dans le Palais du Roi. Cette salle était éclairée par des globes auto lumineux qui émettaient un rayonnement de Lumière Blanche très brillante, et qui étaient suspendus au plafond par des chaînes de cristal. La Lumière à l’intérieur des globes était très intense et très brillante, et elle avait pourtant un effet très apaisant sur le corps physique, donnant à ceux qui étaient dans son rayonnement une grande sensation de calme et d’aisance. La lumière du globe central faisait flamboyer les joyaux d’un médaillon qui dessinaient un rayonnement solaire au milieu du plafond. Cette vaste salle du banquet était décorée avec recherche et contenait vingt quatre tables en onyx blanc, de chacune vingt quatre places.
« C’était la première fois que le Roi réunissait tous ses conseillers et leurs assistants. L’annonce du banquet provoqua de nombreux commentaires au sein du peuple, mais pour tous il restait mystérieux car personne n’en connaissait la véritable raison.
« Le soir de l’évènement arriva. Personne ne connaissait la douleur qui torturait le cœur de ce noble Maître. Nul non plus n’imaginait le changement qui devait bientôt décider de leur sort. L’heure arriva, les invités s’assemblèrent, tout le monde pressentait un mystère.
« Les grandes portes de bronze de la salle du banquet s’ouvrirent majestueusement, et une musique ineffable se répandit, soudain, comme si elle avait été exécutée par un orchestre symphonique gigantesque qui aurait été situé dans l’Invisible. Cette musique surprit même ceux qui connaissaient la grande puissance de leur monarque bien-aimé. Le peuple le regardait presque comme un dieu, si grands étaient l’Amour et l’Admiration pour la sagesse et l’aide qu’Il leur dispensait sans cesse.
« Lorsque cette musique triomphale cessa, le Roi entra, accompagné de ses enfants. Sa fille était d’une beauté exquise. Elle portait une robe taillée dans un tissu d’Or qui n’a pas d’équivalent dans le monde moderne. Son drapé paraissait couvert de diamants, car à chacun de ses mouvements des points de lumière s’allumaient. Les cheveux blonds qui tombaient sur ses épaules étaient retenus de chaque côté par deux clips incrustés d’émeraudes. Elle portait au front une simple bande de métal blanc incrustée de diamants et, au centre, on voyait une pierre qui semblait être un énorme diamant mais qui, en réalité, était une puissante condensation de lumière, dirigée et fixée là par son père.
« Le Roi était le seul être de l’Empire doué d’une puissance aussi transcendante. La famille royale, jusqu’à ce jour, n’avait jamais fait l’étalage de ces Joyaux de Lumière dans ses contacts avec le monde extérieur. Ces Pouvoirs ne pouvaient être employés que dans le culte privé du Grand Soi Divin, de la ‘Présence Suprême’ dont tous les membres de cette famille avaient une conscience intense et constante.
« Le monarque et ses deux fils portaient des vêtements ajustés, de la même matière que ceux de la jeune fille. Ces vêtements étaient aussi souples que le cuir, mais faits d’or métallique; ils avaient un pectoral serti de joyaux, qui représentaient un soleil. Leurs sandales étaient faites de la même matière, également incrustées de pierres précieuses, et le même merveilleux ‘Joyau de Lumière’ étincelait sur leurs fronts.

« Le Roi donna un signal et les invités s’assirent. D’une voix puissante et majestueuse, il adressa du fond de son cœur une invocation à l’Unique Infini et Suprême: « Ô Toi, Puissante Source Omniprésente, Toi qui gouverne l’Univers, la Flamme dans le Cœur de chaque être humain, Nous T’aimons, Nous Te louons et Nous Te remercions pour Ta Vie, Ta Lumière et Ton Amour animant toutes choses. Nous T’adorons et ne reconnaissons que Ta Présence en chaque chose, visible ou invisible, évoluée ou involuée, Toi, Fleuve Intarissable de Vie Te déversant à jamais dans l’Unique Soi, en Tout. Mon Cœur crie vers Toi comme Il ne l’a jamais fait, afin que Tu rendes mon peuple conscient du danger qu’il court car, ces derniers temps, l’indifférence envers Toi l’a envahi comme un souffle empoisonné endormant son âme et mettant un voile entre lui et Ta Glorieuse Présence. Si ces âmes doivent passer par l’expérience qui brûle et consume les scories du moi extérieur, soutiens-les et ramène-les vers Ton Éternelle Perfection! Je T’en supplie! O Créateur de l’Univers, Dieu Suprême et Tout-puissant! »
« Le Roi s’assit et tous attendirent en silence. Après quelques instants, le couvert apparut devant chacun. Les mets étaient servis comme par des mains invisibles: service après service, ils étaient présentés dans des récipients en cristal, ornés de joyaux, qui disparaissaient aussitôt que le plat était terminé. Finalement, le banquet le plus somptueux que connut l’Empire se termina. Un silence impressionnant s’établit: tous retenaient leur souffle, s’attendant à quelque chose d’inaccoutumé. Le Roi se leva, très calme. Il attendit quelques instants.
« Bientôt, un gobelet de cristal apparut à la droite de chacun des invités. Il était plein d’une condensation d’essence électronique et tous ceux qui en burent, quelles que soient l’ancienneté de leur Courant de Vie et la variété de leurs expériences, ne purent jamais oublier complètement le ‘Soi Intérieur Divin’. Cette protection spirituelle fut accordée à tous ceux qui furent au banquet, comme une récompense pour leur fidélité et leur loyauté envers le ‘Dieu présent en eux-mêmes’, le Roi et l’Empire. Les conseillers et tous ceux qui étaient là avaient servi sincèrement et avec constance le Bien de l’Empire et c’est en retour que cette protection spirituelle leur fut donnée.
« Chacun leva son gobelet et but au ‘Dieu Présent en lui-même’, à sa propre Flamme du Très-Haut et Unique Dieu Vivant. Les détails du banquet furent diffusés dans tout l’Empire, par une radio semblable à celle dont nous nous servons aujourd’hui. Elle n’était pas plus grande qu’une assiette, mais suffisamment puissante pour capter les nouvelles des quatre coins de la Terre.
« Après la salutation du Divin en chacun, tout redevint très calme: l’atmosphère elle-même paraissait immobile et au bout de quelques instants, lentement, une merveilleuse Présence qui se tenait devant le Roi devint visible à tous. Cette Présence était un Maître Cosmique surgi du Grand Silence. A cette apparition, un murmure de surprise mêlée de frayeur parcourut l’assistance, et tous reconnurent avec une certaine stupéfaction Celui dont ils avaient entendu parler au cours des siècles, mais dont la Présence Visible ne s’était encore jamais manifestée à eux. Il leva la main droite et s’adressa aux invités et aux habitants de l’Empire: « Enfants de la Terre, ceci est un avertissement important car vous traversez aujourd’hui une crise profonde. Élevez-vous au-dessus de ce piège des sens qui est en train de vous engloutir. Réveillez-vous de cette léthargie avant qu’il ne soit trop tard. Mon Frère de Lumière qui est ici doit se retirer. Il doit vous laisser vivre les expériences que vous avez vous-mêmes choisies et qui, lentement, vous entraînent vers de nombreux précipices. Vous vous êtes ouverts à l’ignorance et à l’émotion incontrôlée du moi extérieur. Vous donnez très peu d’attention et, encore moins, d’adoration à votre Source, la Cause Suprême, Exaltée, Radieuse, Majestueuse, Infinie de tout ce qui est – le Créateur et le Soutien de tous les Mondes. Vous n’avez plus de Gratitude envers la Grande et Glorieuse Présence, le Seigneur d’Amour, pour la Vie même qui vous anime. Ô pourquoi n’êtes-vous pas reconnaissants pour les Bénédictions dont la Nature vous comble avec une telle prodigalité, pour l’Abondance que vous dispense ce si beau Pays sous la direction de votre Chef si sage et si généreux. Vous vous remerciez mutuellement pour les faveurs que vous vous octroyez, pour les objets des sens et de la forme qui sont si éphémères, qui passent de l’un à l’autre avant de disparaître à tout jamais. Alors pourquoi, mais pourquoi oubliez-vous donc la Source de toute Vie, de tout Amour, de toute Intelligence, de toute Puissance?
« Peuple, ô peuple, où est votre gratitude envers la Vie, l’Amour, la Magnificence de l’expérience dont vous jouissez en ce moment, chaque heure de chaque jour, année après année? Tout ceci, vous le dîtes vôtre, mais cela appartient aujourd’hui et toujours à l’Unique Grande Source de Vie, de Lumière, d’Amour et de tout Bien, à Dieu, le Suprême, l’Adorable, l’Omniprésent, l’Unique. Quand, par le mauvais usage de l’Énergie de la Vie, que l’Unique Être Omniprésent, pénétrant tout, verse sans cesse en vous, pure, parfaite et incontaminée, vous avez créé des situations si destructives et si pénibles qu’elles ne peuvent plus être endurées, vous vous tournez alors vers Dieu avec désespoir, avec révolte, et vous faites appel à Lui pour qu’Il vous libère de vos misères. Voilà toute votre offrande au Dispensateur de tout Bien, en retour de la Perfection constante que Son Amour Suprême vous dispense inlassablement. La seule condition que le Grand Soi Unique met à tous ces Dons est d’en faire un bon usage, et de produire pour le reste de la Création une Joie infinie, une Activité harmonieuse et la Perfection.
« Lorsque, des profondeurs de votre misère, vous vous tournez à nouveau vers votre Source, pour être soulagés des suites de vos méfaits, c’est avec l’agonie du désespoir ou, si vous êtes révoltés, en blâmant la Vie et la Source de tout Bien pour la soi-disant injustice et le malheur de votre Vie et du monde qui vous entoure. C’est vous, le petit moi personnel, qui êtes injuste envers la Vie. Vous, qui êtes déloyal. Vous, qui créez la misère sur la Terre, car seule l’humanité, dont chaque membre à la possibilité de créer par sa pensée et son sentiment ce qu’il a choisi, seule l’humanité a osé donné naissance à la discorde, au malheur, à la laideur qui s’expriment maintenant sur la Terre. C’est une tâche sur la Création, et une dissonance dans la Musique si Parfaite des Sphères.
« Seule, l’humanité est coupable, dans la dysharmonie de la Musique des Sphères, car tout le reste vit et agit en accord avec la Loi d’Amour, de Vie, d’Harmonie et de Lumière. Tout se fond harmonieusement dans le Tout Mélodieux – le Corps de l’Infini, l’Unique, Qui est Tout Amour. Tous les autres Royaumes de Vie et de Lumière se meuvent et créent en accord avec le Principe Fondamental sur lequel repose toute la Perfection, et ce Principe est l’Amour ! N’étaient les Grands Êtres de Sagesse et d’Amour, comme votre Chef ici présent – le Chœur des Maîtres Ascensionnés dont l’Existence même a l’Amour pour tonique – il y a longtemps que l’humanité se serait détruite elle-même ainsi que la planète sur laquelle elle vit.
« Les Activités Transcendantes et Magnifiques de l’Amour et de la Lumière sont les conditions naturelles dans lesquelles Dieu plaça Ses Enfants humains, afin qu’Ils obéissent à Son Commandement d’Amour. Il n’y a rien de surnaturel nulle part dans l’Univers: tout ce qui est transcendant, beau et parfait, est naturel et conforme à la Loi d’Amour. Tout le reste est infra naturel. L’expérience journalière des Maîtres Ascensionnés est cette Perfection destinée aux Enfants de Dieu sur Terre. Les Enfants de la Terre ont déjà exprimé cette Perfection dans un Cycle précédent, qui fut un des Ages d’Or. Cette précédente civilisation, ou Antique Perfection, est plus ancienne que vous ne le pensez – plus ancienne que l’âge communément donné à cette planète! Toute l’humanité, à cette époque, vivait dans un état transcendant, comme les Maîtres Ascensionnés Eux-mêmes. Les conditions malheureuses qui suivirent, depuis lors, et qui s’établirent au long des âges, survinrent parce que l’humanité détourna délibérément son regard de la Source – l’Amour – Qui est la Règle selon Laquelle la Vie doit être vécue.
« Lorsque les Enfants de la Terre s’éloignent de l’Amour, Ils choisissent délibérément et consciemment l’expérience du chaos. Quiconque cherche à exister sans Amour ne peut survivre longtemps à quelque endroit de la Création que ce soit. De tels efforts conduisent fatalement à l’échec, au malheur et à la désintégration. Tout ce qui est sans Amour doit retourner au chaos, au ‘sans forme’, afin que sa substance puisse être réutilisée, avec Amour, et ainsi servir à produire une nouvelle forme parfaite.

« C’EST LA LOI DE LA VIE UNIVERSELLE COMME DE LA VIE INDIVIDUELLE. Elle est immuable, irrévocable, éternelle et bénéfique, car la Création dans la forme existe pour que Dieu ait un objet à Son Amour et à Sa Possibilité d’Action. C’est la Loi de l’Unique Tout-puissant dont tout procède. C’est le ‘ Mandat de l’Éternité ‘, et l’Étendue ainsi que l’Éclat de cette Perfection sont inexprimables.
« Si ces Conditions Parfaites de Vie et d’Expérience n’étaient pas un Fait, une Réalité Permanente, transcendant toute description, l’existence humaine ne serait qu’une parodie de l’Activité Illimitée de la Vie qui jaillit éternellement à travers la Création. Mais il existe des Sphères d’Activité et de Conscience plus Hautes, plus Harmonieuses, plus Transcendantes, où la Vie Individuelle et Cosmique créent sans arrêt, dans la Joie, l’Amour, la Liberté et la Perfection. Elles sont des plus Réelles, et bien plus Permanentes que vos corps et vos constructions dans le monde physique qui vous entoure. Ces Royaumes de la Vie sont composés d’une Substance tellement imprégnée d’Amour que la discorde, l’imperfection ou la désintégration ne peuvent y pénétrer. Conçue par l’Amour, la Perfection de telles Manifestations est Permanente, et toujours Active. C’est une Expansion Croissante de Bénédictions et de Joie dans tout l’Univers. C’est vous qui, toujours, créez votre propre malheur, vous liant ainsi à la Roue de nécessité, reprenant un corps physique et vous plongeant dans l’ignorance des sens, des appétits et des désirs du moi extérieur. Ces appétits de la sensibilité humaine ne sont, en réalité qu’une accumulation d’énergie à laquelle l’individu a donné certaines caractéristiques par ses sentiments et ses pensées. Cette énergie disqualifiée gagne de la force vive par la répétition d’actes toujours semblables constituant ce que nous appelons des habitudes.
« Une habitude n’est que de l’énergie qualifiée d’une certaine manière, et centrée pour un temps sur un objectif. Les appétits sensuels développés dans les vies précédentes deviennent des forces contraignantes, ou habitudes, dans les vies suivantes, vous retenant dans leur esclavage, produisant la discorde, la pauvreté, les privations, vous projetant dans la complexité des problèmes et des expériences humaines qui sont votre propre création, et qui vous forcent finalement à reconnaître la Loi de l’Unique – l’Amour, et à Lui obéir.
« Vos erreurs vous poursuivent de Vie en Vie, jusqu’à ce que vous compreniez enfin la Vie et soyez prêts à obéir à Son Unique Loi: l’Amour. Vous êtes entraînés par le tourbillon des Vies successives, expérimentant la discorde, puis la discorde et encore la discorde, jusqu’à ce que vous appreniez à vivre selon la Loi: l’Amour. C’est une nécessité à laquelle nul n’échappe, et elle persiste jusqu’à ce que le moi extérieur demande la raison de sa misère et comprenne que sa Libération de la souffrance ne peut venir que par l’Obéissance à la Loi d’Amour. Cette Obéissance naît avec le Calme, la Paix, la Bonté dans les sentiments dont le Centre est le Cœur.
« La prise de contact du moi extérieur avec le monde extérieur doit venir par le sentiment intérieur !
« L’Amour n’est pas une Activité du mental, mais c’est la Pure et Lumineuse Essence qui crée la mentalité. Cette Essence, qui vient de la Grande Flamme Divine en Nous, s’écoule dans la Substance et déverse constamment la Perfection dans la forme et dans l’activité. L’Amour est la Perfection Manifestée. Il ne peut exprimer que la Paix, la Joie, et Il déverse gracieusement Ses Sentiments sur toute la Création. Il ne demande rien pour Lui-même, parce qu’Il S’engendre Lui-même éternellement, étant la Pulsation du Suprême. L’Amour possède Tout et ne vise qu’à réaliser le Plan de Perfection en Tout. Ainsi, Il ne cesse de Se déverser Lui-même. Il ne tient pas compte des Dons du passé, mais reçoit Sa propre Joie et maintient Son Équilibre par ce Don Continu de Lui-même. L’Amour ne connaît que Sa Propre Perfection.
« L’Amour Seul est la Base de l’Harmonie et de l’Usage correct de l’Énergie Vitale. Dans l’expérience humaine, cela se manifeste par un désir de donner, donner, donner toujours de sa propre paix, et de sa propre harmonie au reste de la Création. Peuple, ô peuple! A l’avenir, seulement assez d’Amour peut vous ramener au paradis que vous avez déjà connu et habité. Par l’Amour, vous connaîtrez à nouveau la totalité de la Grande Lumière qui donne tout par Amour.
« Un prince en visite approche de vos frontières. Il va entrer dans cette Cité pour demander la main de la Fille du Roi. Vous vivrez sous la domination de ce prince. Vous reconnaîtrez votre erreur mais ce sera éphémère. Tout sera vain, car la Famille Royale va se retirer sous la Protection de Ceux qui tiennent leur Autorité et leur Puissance de Dieu et, devant Eux, tout désir humain est impuissant. C’est dans la Cité d’Or Éthérique qui se trouve au-dessus de ce Pays que résident les Grands Maîtres Ascensionnés de la Lumière. C’est là que votre Chef et Ses Enfants Bien Aimés demeureront pendant tout un Cycle. »
Le Grand Être se tourna vers le Roi et dit: « Je vous bénis, Mon Frère Noble et Patient, votre Service envers ce peuple a été désintéressé et plein d’Amour. Profonde et Éternelle est votre Dévotion envers l’Un, la Source Suprême de toute la Création. La Cité d’Or Éthérique vous attend et vous accueillera joyeusement ainsi que vos Enfants. Vous vivrez dans Son Rayonnement et votre Service sera la Direction des Rayons de Lumière envers ce peuple qui est vôtre. Afin qu’il se rachète par l’Obéissance à la Loi d’Amour.
« Une Cité de Lumière existe au-dessus de cette Terre que vous avez tant aimée. Elle est faite de Substance Éthérique auto lumineuse, et s’étend au-dessus de la cité physique qui fut votre capitale. Elle est réelle, très réelle, et bien plus permanente qu’aucune cité terrestre, car la Lumière est indestructible et la Cité d’Or est faite de Lumière. Un cercle invisible de Force Électronique entoure la Cité et la rend impénétrable à tout ce qui est indésirable.
« Je reviendrai dans sept jours et Je vous emmènerai vous et vos enfants dans cette Cité de Lumière d’où Nous surveillerons la marche de l’humanité, et Nous ferons monter dans la Lumière tous ceux qui voudront se discipliner et se préparer. » Quand Il eut fini de parler, Il bénit la Famille Royale, les Invités et l’Empire et, dans les instants de silence qui suivirent, Sa Lumière et les contours de Son Corps S’estompèrent de plus en plus, puis disparurent complètement.
Un murmure parcourut la Grande Salle et tous les regards se portèrent vers le Roi qui avait encore la tête baissée et gardait un silence plein de respect. Il se leva lentement et souhaita une bonne nuit à ses invités.
Le septième jour, le Frère du Silence revint et, enveloppant le Roi et Ses Enfants dans Sa Radiation de Lumière, Il les emmena dans la Cité d’Or Éthérique.

Le prince arriva le jour suivant pour découvrir l’état de l’Empire et la consternation de ses habitants. Tout de suite, il manœuvra subtilement pour devenir le chef, et il y parvint sans rencontrer d’opposition. Deux mille ans plus tard, presque tout l’Empire était devenu un désert, les cours d’eau étaient desséchés et la désolation s’étendait partout.
Tout cela était le résultat de la discorde et de l’égoïsme humains qui s’étaient répercutés jusque dans la végétation et la nature. Cet Empire s’était étendu sur toute la largeur de l’Afrique et au-delà, vers l’Est, jusqu’à l’Himalaya. Un grand cataclysme se produisit, submergeant tout le pays. Il entraîna la formation d’une mer intérieure, là où le Désert du Sahara se trouve actuellement. Un autre bouleversement, qui eut lieu il y a douze mille ans, vida cette mer, et c’est une partie du fond qui est maintenant le désert. Le Nil aujourd’hui, lui, ressemble encore beaucoup au beau fleuve qu’il était à cette époque révolue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

à la loupe